Publié le : dimanche 5 juin 2022

UNE NOUVELLE ŒUVRE DE TOMÀS SARACENO AU DOMAINE DES ETANGS

L’œuvre permanente Cloud Cities – Du sol au soleil, a été installée au cœur du Domaine des Etangs.

© Arthur Péquin

Cloud Cities: du sol au soleil, une œuvre située au bord du cratère de Rochechouart, évoque le passé cosmique et géographique de Massignac. Cette composition sculpturale est suspendue dans la nature et célèbre la chorégraphie des éléments dans ce paysage paisible. Au sein des géométries de sa constellation, les galaxies semblent imbriquées les unes dans les autres, déployant une série de formations de nuages, d’agrégations interstellaires et de particules - micro et macro, passé et présent sont entrelacés. Ainsi, nuages géodésiques et nuages gazeux dialoguent ensemble dans un langage riche de multiples réfractions et doté d'une grammaire faite de réverbération (passée), attirant le regard du public vers une temporalité révolue.

Malgré son actuelle apparence idyllique, l’histoire cosmique et géographique de la région de Massignac fut agitée. Il y a plus de 200 millions d'années, lors d'un événement d'une violence inouïe, le sol est entré en éruption sous l'effet soudain de l'impact d'une météorite. Cette étreinte incandescente entre des corps de matière n'a laissé aujourd'hui que de subtiles traces de roches métamorphiques, mémoire géologique d'un choc entre un fragment cosmique et la surface de la Terre. L'astroblème, mot grec signifiant "blessure d'étoile", désigne la formation géologique qui en résulte et l'empreinte symptomatique qui permet d'identifier les répercussions de cet événement cosmique sur Terre. On peut imaginer que les strates géologiques écrivent des pages dans le livre de l'histoire de la Terre, chaque pierre étant une phrase racontant la trajectoire du temps profond et des effets d'une époque. La page principale sur laquelle s’inscrit notre histoire évoque d'autres événements transformateurs qui ont également laissé des traces et des plaies sur la planète. Dans le contexte de la sixième extinction de masse, ces blessures ne cessent de s'étendre sous l'effet de l'activité capitaliste d'une minorité, directement liée à une "logique écocide" qui a chassé d'innombrables espèces de leurs habitats, déplacé les communautés indigènes et menacé leur rôle de conservateur de la Terre, nous a exposés à de nouvelles zoonoses et a donné naissance aux crises écologiques de la planète.

La disparition des nuages est un symptôme souvent négligé - mais emblématique - de ces processus qui se combinent. A mesure que le niveau de CO2 et des autres polluants atmosphériques augmente, ceux-ci forment des nuages ​​invisibles et toxiques qui dispersent à leur tour les nuages ​​troposphériques visibles dont la réflectivité aide à équilibrer les températures sur la Terre. Symbole de notre expérience terrestre du temps, les nuages ​​contribuent à la vitalité de notre planète et à sa capacité à accueillir la vie. Passeurs de notre connaissance et de nos échanges avec l'univers, leurs morphologies variées sont porteuses de messages sur le climat présent et futur, guidant les gardiens de la Terre et la satisfaction de nos besoins fondamentaux, façonnant les sphères de nos écologies sociales, mentales et environnementales.

Construites à partir du matériau qu'avait autrefois mis à jour la blessure d'étoile, les bâtiments de Massignac semblent suggérer un continuum entre la terre et le cosmos. Soulignant cette continuité, Cloud Cities : du sol au soleil paraît redéfinir notre relation avec le Soleil et le cosmos, nous invitant à tourner la page de l'histoire de la Terre, qui aspire plutôt à une ère de futurs justes, sans combustibles fossiles.